Vous êtes ici

Thèse

Type de contrat et durée: 
Thèse
Descriptif du poste: 

Tissus biologiques à base de microparticules poreuses précellularisées par bio-impression

Directeur de thèse : Youri Arntz

Inserm UMR 1121, Faculte de medecine,

11, rue Humann, 67085 Strasbourg

Tel : 03 68 85 33 80; e-mail youri.arntz@unistra.fr

 

Descriptif du profil recherché: 

 Le sujet de thèse s’inscrit dans une nouvelle thématique émergeante au sein du laboratoire « Biomatériaux et Bioingénierie ». L’unité INSERM 1121 dirigée par le Pr Pierre Schaaf, a une grande expertise dans le développe de matrices de synthèse pour reconstituer des tissus fonctionnels implantables et ouvre son activité à la biofabrication  par impression 3D. Ces techniques de bio-impressions permettent une structuration spatiale et simultanée de cellules vivantes, d’agents biologiques et de biomatériaux disposés couche par couche. Ces procédés sont susceptibles de créer des environnements tridimensionnels nécessaires au développement des cellules et des tissus biologiques. En médecine régénérative, le succès de l’intégration de ces tissus artificiels dans un site anatomique lésé dépendra entre autre de leurs capacités à 1) rétablir la fonctionnalité de tissu ciblé 2) maintenir le phénotype et la « mémoire biomécanique » des cellules le constituant et 3) répondre aux stimuli biochimiques et physiques du microenvironnement. Actuellement, la plupart des procédés utilisés pour fabriquer les tissus artificiels sont réalisées par une impression complète cellule par cellule. Ces techniques nécessitent un nombre considérable de cellule souvent difficiles à maintenir en vie tout au long de la construction. L’objectif de ce projet de thèse est de développer une nouvelle méthode de bio-impression de microparticules poreuses précellularisées qui devrait permettre une meilleur survie cellulaire. L’étudiant viendra participer aux travaux déjà initiés au laboratoire dans l’élaboration de ces microparticules poreuses précellularisées. Ces microstructures seront ensuite insérer dans une bio encre à base d’hydrogel en vue de la bio impression 3D. C’est un travail très interdisciplinaire ou l’étudiant pourra à la fois s’investir dans l’élaboration des microstructures et leur caractérisation, leur fonctionnalisation et cellularisation  ainsi  que leur impression sous forme de microstructures de type « biochips ».