Vous êtes ici

Nouveaux implants

Ce thème comprend trois projets de recherche :

Implants dentaires
Implants de la trachée et du larynx
Diaphragme de nouveau-nés 
 

Implants dentaires

Trouver de nouvelles stratégies de modifications de surface des implants dentaires ou orthopédiques est un défi thérapeutique pour les cliniciens, et scientifique pour les chimistes et les biologistes. En effet, lorsque l'os porteur est sain, l'ancrage pérenne d'un implant est couramment réalisé avec succès. Cette ostéointégration, ou dépôt direct du tissu osseux néoformé sur la surface du matériau, dépend de la qualité du tissu osseux du site et de ses composantes inflammatoires, angiogènes, ostéoblastiques et ostéoclastiques. Mais de nombreux patients présentent des tissus osseux de mauvaise qualité ou des capacités de régénération osseuse réduites en raison de pathologies et/ou de vieillesse. Pour favoriser chez eux le processus de cicatrisation-régénération osseuse, notre équipe, dans une étroite collaboration entre chimistes (IPCMS) et biologistes, développe une technique innovante en cours de validation in vivo (dépôt de brevet).

 

Implants de la trachée et du larynx

Malgré les progrès réalisés dans la préservation du larynx, la laryngectomie partielle ou totale reste une intervention couramment pratiquée (2000 personnes par an en France). Cette intervention entraîne une mutilation majeure avec d’importantes séquelles physiques et psychologiques par l’abouchement définitif de la trachée à la peau. Actuellement, des méthodes basées sur l'ingénierie tissulaire sont en voie d'émergence pour reconstruire les trachées mais s'avèrent longues et difficiles. Concernant le larynx, il n'existe à ce jour aucune méthode de régénération et surtout de restauration de sa fonction. Ainsi, les chercheurs et les cliniciens ORL du laboratoire en collaboration avec la société Protip développent depuis plusieurs années des stratégies innovantes utilisant du titane poreux pouvant être associé à des biopolymères, facteurs de croissance... pour contrôler la colonisation cellulaire de l'implant et sa fonctionnalité. Tout dernièrement, le premier larynx artificiel a été implanté chez l'homme (pour plus de détails voir www.protipmedical.fr ).

 

Diaphragme de nouveau-nés 

La hernie diaphragmatique congénitale (HDC) est une maladie rare. Elle est caractérisée par l'absence d’une partie ou de la totalité du diaphragme, résultant en l'entrée des viscères abdominaux dans le thorax. Cette pathologie se manifeste dès la naissance et nécessite une intervention chirurgicale réparatrice en raison des complications pulmonaires engendrées (hypoplasie pulmonaire) et du risque d’étranglement des anses digestives herniées. Sa prévalence est de 1/2500 à 1/4000 parmi les naissances vivantes. Grâce aux différents progrès de la chirurgie réalisés ces dernières années un grand nombre des enfants porteurs de HDC majeures vont survivre par la mise en place d’une prothèse diaphragmatique. La prothèse diaphragmatique la plus fréquemment utilisée de nos jours est en polytétrafluoroéthylène. Le taux de récidive est cependant de près de 50%. Des chirurgiens et des chercheurs du laboratoire travaillent en étroite collaboration au développement de méthodes de contrôle et d’amélioration de l’intégration tissulaire des biomatériaux utilisés actuellement pour les implants ainsi qu’à la conception de nouvelles prothèses. Cette approche s’inscrit parfaitement dans une recherche translationnelle, puisqu’elle ambitionne une application thérapeutique directe.